BIOGRAPHIE

L’histoire d’une passion obligatoire qui a sauvé et changé ma vie pour toujours: l’alimentation saine

Analyste obligé des aliments et ingrédients depuis l’âge de 8 ans où on m’y a forcé étant donné que j’étais en excès de poids et cholestérolémique, j’étais plus mal en point qu’un octogénaire en mauvaise santé cardiovasculaire selon les nombreuses analyses sanguines qui confirmaient mon mauvais cholestérol LDL à des niveaux encore jamais vu. Les spécialistes allaient même jusqu’à dire que je pourrais être victime d’une crise cardiaque avant 30 ans si je ne remédiait pas à la situation rapidement. C’était du sérieux.

Quelle en était la cause ? Certains diront, sans me connaître, que je n’étais pas sportif ou que ma mère ne m’avais pas bien appris à manger, ou mieux encore que c’était génétique. En fait, ce n’est pas vraiment cela. Laissez-moi vous expliquer.

En fait, j’étais plus sportif que la majorité des autres enfants que je côtoyais: Judo 2 fois par semaine, natation 1h par semaine et baseball 2 fois semaine, plus une école primaire formidable alternative fonctionnant par projet et favorisant les activités sportives supervisées par les parents collaborateurs plusieurs fois par semaine. Donc, ce n’était pas le manque de sport le problème, mais plutôt les aliments transformés, parfois consommés en trop grande quantité et contaminés par des xénoestrogènes et additifs nuisibles.

Je me souvient le matin, mon frère et moi pouvions avaler un pain tranché entier à nous deux, Nutella, fromage à tartiner, faux caramel, beurre d’arachides hydrogéné en prime. Et au retour à la maison, avant de souper, je pouvais dévoré quelques gâteaux en boîtes et dans la soirée manger des croustilles et des produits transformés riches en gras saturés et hydrogénés (que nous savons responsable depuis peu des problèmes cardiovasculaires et du cholestérol LDL trop élevé dont je souffrais).

J’ai donc dû suivre les conseils d’une diététiste pour substituer le beurre à la margarine non-hydrogénée et mettre les oeufs au placard (mot d’ordre à l’époque). À ce moment aussi, on assistait à l’essor des produits sans cholestérol et des produits allégés et sans gras, sans oublier le très controversé faux sucre Aspartame™ maintenant retiré à 80% du marché et considéré comme un excitotoxine (composé dangereux pour le cerveau dont j’ai été victime).

À l’aide de diètes et de produits allégés et de choix, supposément plus santés mais loin d’être naturels, l’enfant de 8 ans que j’étais existait encore après une réduction de poids de 30 livres! Le cholestérol avait chuté près de la normale mais encore trop haut et j’étais presque sauvé. Mais cette perte de poids fut de courte durée et je repris bientôt le poids pendant l’adolescence. Pas étonnant, sans éducation réelle et avec des diètes, le corps se prive et devient esclave d’un programme alimentaire sur papier, sans compréhension réelle de ce qu’il faut faire ou manger pour être en santé. Pourtant , je suivais le guide alimentaire, je mangeais mon blé et mes céréales, mes légumes et buvait mon lait écrémé à raison de presque 3-4 verres par jour parfois….comme si c’était normal de faire ça comme un veau!

C’est à l’adolescence que mes problèmes de cholestérols sont revenus de plus belles malgré mon attention alimentaire constante. Cette fois-ci, mon médecin de famille me référa à une nutritionniste et cardiologue bien connue de la ville de Laval. Avec elle, un suivi rapproché et beaucoup d’exercices au gym et en vélo, je perdis alors 35 livres en passant de 210 livre à 175. Je me sentais mieux et mon cholestérol était rendu normal à ce moment, mais je n’étais pas encore à mon poids santé selon elle. Lorsque la médecin me pesa lors d’une rencontre bi-mensuelle à 158 livres au bout de 6 mois d’efforts, elle me trouva très maigre et me demanda si je mangeais assez. C’est alors que je lui montra mon cartable de mes notes repas. Elle ne pouvais pas comprendre qu’en mangeant autant de légumes, protéines et aliments ( J’étais rendu à 7 bons repas par jour) je sois aussi maigre. C’était inquiétant et presque un signe de malnutrition avec mes maigres 4.8% de gras, selon elle c’était le taux d’un boxeur sur la pesée officielle et on ne pouvais pas faire la journée comme ça!

Je mangeais toute la journée, je ne pouvais pas imaginer personne manger plus que moi. En fait, croyez-le ou non mais je passais l’entière récréation du dîner, 45 minutes, à manger mon lunch qui consistait à 2-3 plats différents tels: pâtes alimentaires, salades avec vinaigrette légère, crudités et autres en quantité. Je manquais définitivement de gras. Ce jour là, elle me dit :

Maintenant, il faut que tu manges plus de gras, tu t’entraînes tu es trop maigre

 

J’avais beau augmenter la quantité d’huile dans mes aliments, pas moyen de prendre du poids. Alors j’ai coupé les produits sans gras (tranches de fromage, lait écrémé et vinaigrettes) et je me suis senti un peu mieux. Ce n’était pas la viande qui manquait à mon alimentation. J’avais beau m’entraîner et faire des abdominaux, ils ne voulaient pas se montrer, tout comme mes pectoraux d’ailleurs. Quelque chose ne tournait pas rond dans mon alimentation ou dans mon corps, il y avait trop d’additifs car j’achetais tout ce qui était transformé et léger; substitut de sucre chimique, moins gras etc.. des calories vides et risquées. Y avait-il autre chose, un ou des facteurs qui expliqueraient tout cela? Maintenant je sais que oui.

Mais cette expérience eu un côté positif: Cela changea ma vie et le regard des femmes sur moi du même coup. J’étais agile, rapide et fort. Je n’avais plus de cholestérol et c’était plus facile de socialiser avec les gens avec ma nouvelle apparence. On dira ce qu’on voudra, mais les gens en général se fient vraiment à votre apparence pour vous trouver de l’intérêt, surtout le sexe opposé. Et puis j’ai compris bien des choses sur l’industrie agro-alimentaire et les effets des aliments transformés. Mieux vaut s’en priver et manger santé et non transformé!

En étant le cobaye de toutes les modes alimentaires, diètes et recettes industrielles sans sucre et sans gras des 25 dernières années… j’ai payé le prix, ma santé a été malmenée dès mon tout jeune âge et je m’en suis tiré finalement sans crise cardiaque à 30 ans. J’ai appris un peu avec la diététiste, mieux avec la nutritionniste, beaucoup en chimie et biochimie et encore plus en écoutant mon corps, la nature et la vie.

Non, ce n’est pas ma formation de bachelier en sciences alimentaires, transformation des aliments et ma spécialité en chimie qui m’ont ouvert les yeux mais plutôt les recherches scientifiques et les maux de notre société, cancers et autres dysfonctionnements, qui augmentent à une vitesse folle, sans qu’on en trouve réellement la cause. J’ai ouvert les yeux, j’ai compris que nous ne sommes pas à l’abri et que ce n’est pas vrai que le gouvernement Américain et Canadien n’approuvent pas des produits dangereux, synthétiques ou altérés génétiquement dans nos aliments. Plus vrai encore, les Alimenteurs sont de pairs bien souvent avec les hautes instances et notre société capitaliste et l’obsession pour l’argent cause des dommages irréparables et les mensonges sont bien gardés. Bien souvent, les recherches scientifiques des effets sur la santé des produits sont faites par le laboratoire même qui les a conçus. On assiste à plusieurs conflits d’intérêts et non-sens en faisant un peu de recherche seulement. Par exemple, on utilise des rats de laboratoire 1000x plus résistants aux hormones pour tester des additifs perturbateurs endocriniens afin d’obtenir des résultats de dose fatales LD50 inférieures à la norme établie les agences sanitaires. Cet exemple est réel et sera présenté dans mon blog et ce n’est qu’une infime partie de la vérité du mensonge que notre système essai de nous faire avaler.

Aujourd’hui, j’ai une toute autre façon de manger que je vais vous présenter. Inspirée d’expériences personnelles et de lectures multiples en alimentation naturelle et crue, de biochimie et de la compréhension du corps humain, je vous présenterai un article chaque semaine c’est ma promesse. Depuis 2-3 ans, je n’ai jamais mangé autant de bons gras de toute ma vie et je n’ai jamais été aussi en forme. J’ai coupé le sucre raffiné et le blé, le jus d’orange, le café et le lait de mon alimentation et je me porte beaucoup mieux. Mes abdominaux sont musclés et le pire c’est que je ne les entraîne même pas 1 fois par semaine maintenant versus 2-3 fois à l’âge de 18 ans. J’ai 31 ans et mon esprit et ma tête fonctionnent mieux qu’à 18 ans ou j’avais des pertes de lucidités momentanées, non pas parce que je buvais de l’alcool, puisque je n’ai jamais été un amateur.

Pour finir, j’ai remarqué, avec les années, que cela devient de plus en plus difficile pour moi de faire des choix santé avec la transformation des produits alimentaires et la venue de nouveaux additifs, alors j’ai pensé à vous. C’est pourquoi, j’aimerais que mes 25 années d’apprentissages, ainsi que mes 6 années d’université en Science appliquées et mes milliers de lectures sur le sujets, vous servent à faire de meilleurs choix dans votre vie de tous les jours.

Au plaisir de vous aider tout en redéfinissant votre confiance en notre gouvernement et les Alimenteurs, surtout restez prudent.

MSD

Bachelier Es Science, spécialité chimie.